Le Linux Installation HOWTO: Avant de commencer

Avant de pouvoir installer Linux, vous devez être sûr que votre machine soit capable de le supporter, puis vous devrez choisir une distribution Linux. La Linux Pre-installation checklist vous aidera à organiser vos données de configuration avant de commencer.

4.1 Matériel nécessaire

Quel type de système est nécessaire pour faire tourner Linux ? Bonne question, la liste des matériels reconnus par le système change fréquemment. Le « Linux Hardware-HOWTO », http://sunsite.unc.edu/LDP/HOWTO/Hardware-HOWTO.html, donne une liste plus ou moins complète des matériels reconnus par Linux. La « Linux INFO-SHEET », http://sunsite.unc.edu/LDP/HOWTO/INFO-SHEET.html, en donne une autre.

Pour les versions Intel, une configuration matérielle similaire à celle qui suit est nécessaire :

N’importe quel processeur 80386, 80486, Pentium ou Pentium II convient. Les clones Non-Intel des 80386 et au dessus fonctionneront généralement. Vous n’avez pas besoin de coprocesseur arithmétique bien qu’il est agréable d’en avoir un.

Les architectures de bus ISA, EISA, VESA Local Bus et PCI sont reconnues. L’architecture de bus MCA (propre aux machines IBM PS/2) est reconnue dans les noyaux de développement les plus récents (2.1.x), mais peut ne pas être disponible tout de suite. Tout CPU, du 386SX au P-6 convient. Un coprocesseur arithmétique n’est pas nécessaire mais il est préférable d’en avoir un.

Au moins 4 Mo de mémoire sont nécessaires. En théorie, Linux pourrait se suffire de 2 Mo, mais la plupart des installations et des programmes nécessitent 4 Mo. Plus vous aurez de mémoire, et plus vous serez heureux. Je vous conseille 8 ou 16 Mo si vous avez l’intention d’utiliser X-Window.

Évidemment, vous avez besoin d’un disque dur et d’un contrôleur disque au standard AT. Tous les disques et contrôleurs MFM, RLL et IDE devraient fonctionner. De nombreux disques et contrôleurs SCSI sont aussi reconnus ; le « Linux SCSI-HOWTO » contient plus d’informations sur le matériel SCSI. Si vous achetez un nouveau système pour faire tourner Linux, le faible surcoût du SCSI est dérisoire face à l’amélioration des performances et de la fiabilité qu’il apporte.

Vous avez besoin d’un lecteur de disquettes 3.5″. Bien que les disquettes 5.25″ soient reconnues par Linux, elles sont si obsolètes que vous ne devez pas compter trouver des images disques qui tiendront dessus. (Un Linux minimal peut, en fait, tourner sur une seule disquette, mais cela n’est utile que pour l’installation et certaines tâches de maintenance)

READ  gui

Vous avez aussi besoin d’une carte vidéo et d’un écran MDA, Hercules, CGA, EGA, VGA, ou Super VGA. En général, si votre carte et votre écran video fonctionnent sous MS-DOS, ils devraient fonctionner sous Linux. Cependant, si vous voulez faire tourner X-Window, d’autres restrictions s’appliquent sur les matériels vidéo reconnus. Le « Linux XFree86-HOWTO » http://sunsite.unc.edu/LDP/HOWTO/XFree86-HOWTO.html, contient plus d’informations sur l’exécution de X et sur ses besoins.

Un lecteur de CD-ROM est nécessaire. S’il est ATAPI, SCSI, ou vrai IDE, vous ne devriez pas avoir de problème pour le faire fonctionner (mais faites attention aux lecteurs bon marché annonçant une interface « IDE » qui n’en n’est pas une vraie). Si votre CD-ROM utilise une carte d’interface propriétaire, il se peut que le noyau d’installation que vous avez lancé à partir de la disquette ne le reconnaisse pas — et un CD-ROM inaccessible peut empêcher l’installation. De plus, les CD-ROMs reliés au port parallèle ne fonctionnent pas du tout. Si vous avez un doute, lisez le « Linux CD-ROM HOWTO », http://sunsite.unc.edu/LDP/HOWTO/CDROM-HOWTO.html pour une liste et des détails des matériels reconnus.

Les cartes sans jumper, appelées « Plug’n’Play », peuvent poser problème. Leur support est en cours de développement, mais encore absent du noyau 2.0.25. Heureusement, ce n’est un problème que pour les cartes son ou Ethernet.

Si vous travaillez sur une machine utilisant l’un des processeurs 68k de Motorola (ordinateurs Amiga, Atari, ou VMEbus), lisez la FAQ Linux/m68K sur http://www.clark.net/pub/lawrencc/linux/faq/faq.html pour des informations sur les configurations minimales requises et la situation actuelle du portage. Actuellement, la FAQ dit que Linux m68k est aussi stable et utilisable que les versions Intel.

4.2 Espace disque nécessaire et coexistence

Vous avez besoin d’espace libre sur votre disque pour y mettre Linux. La taille de cet espace dépend de la quantité de programmes que vous comptez installer. La plupart des installations demandent quelque chose de l’ordre de 200 à 500 Mo, ce qui inclut l’espace pour les programmes, l’espace de swap (utilisé comme mémoire virtuelle sur votre machine), l’espace disponible pour les utilisateurs, etc.

READ  Linux Gazette MailBag LG #29

Il est possible de faire tourner un système Linux minimal dans 80 Mo, voire moins (c’était le cas lorsque les distributions Linux étaient moins importantes), tout comme il est possible d’utiliser 500 Mo, ou bien plus, pour tous vos programmes Linux. La place utilisée dépend en grande partie du nombre de programmes que vous installez et de l’espace de travail dont vous avez besoin. Nous reviendrons sur ce point plus tard.

Linux peut coexister sur votre disque dur avec d’autres systèmes d’exploitation, comme MS-DOS, Microsoft Windows, ou OS/2. (En fait, vous pouvez même accéder aux fichiers MS-DOS, voire exécuter certains programmes MS-DOS, à partir de Linux.) En d’autres termes, lorsque vous partitionnez votre disque pour Linux, MS-DOS ou OS/2 sont dans leurs propres partitions, et Linux dans la sienne. Nous détaillerons ce mécanisme de « dual-boot » plus loin.

Vous n’avez PAS besoin d’être sous MS-DOS, OS/2, ou un autre système d’exploitation pour utiliser Linux. Linux est un système d’exploitation complètement différent et autonome ; il n’a pas besoin d’autre OS pour son installation et son utilisation.

Pour résumer, la configuration minimale pour Linux n’est pas beaucoup plus importante que celle nécessaire à la plupart des systèmes MS-DOS ou Windows 3.1 actuels (et c’est moins que le minimum pour Windows 95 !). Si vous possédez un 386, ou un 486, avec au moins 4 Mo de RAM, vous serez heureux sous Linux. Linux ne demande pas un énorme espace disque ou mémoire, ni un processeur ultra rapide. Matt Welsh, le créateur de ce HOWTO, utilisait Linux sur un 386 à 16 MHz (la machine la plus lente que l’on peut posséder), avec 4 Mo de RAM, et en était très content. Plus vous voudrez faire de choses, plus vous aurez besoin de mémoire et d’un processeur plus rapide. D’après mon expérience, un 486 avec 16 Mo de RAM, et tournant sous Linux, est plus performant que certains modèles de stations de travail d’un prix bien plus élevé.

4.3 Choisir une distribution Linux

Avant d’installer Linux, vous devez choisir une des « distributions » Linux disponibles. Il n’y a pas de distribution standard unique — il en y a beaucoup. Chaque distribution a sa propre documentation et sa propre procédure d’installation.

READ  A Remembrance of Text Past

Les distributions Linux sont disponibles par FTP anonyme et par correspondance sur disquettes, bandes ou CD-ROMs. Le « Linux Distribution HOWTO » http://sunsite.unc.edu/LDP/HOWTO/Distribution-HOWTO.html, décrit les nombreuses distributions disponibles par FTP ou par correspondance.

Lorsque ce HOWTO fut écrit pour la première fois, dans un passé lointain (1992 – 1993), la plupart des gens récupéraient Linux en utilisant des chemins tortueux. Cela impliquait de longs téléchargements à partir d’Internet ou d’un BBS sur leur machines DOS, suivis d’une procédure élaborée permettant de transférer ce qui avait été récupéré sur de multiples disquettes. Une de ces disquettes était alors bootée et utilisée pour l’installation de l’autre douzaine. Avec de la chance (et sans erreurs sur les supports), l’installation se finissait plusieurs heures plus tard par un Linux en état de marche. Ou peut-être pas.

Bien que cette façon de procéder reste encore possible (vous pouvez télécharger une des nombreuses distributions à partir de http://sunsite.unc.edu/pub/Linux/distributions/INDEX.html), il existe des méthodes beaucoup moins fatiguantes. La plus facile consiste à acheter l’une des excellentes distributions commerciales de Linux sur CD-ROMs comme Red Hat, Craftworks, Linux Pro, ou WGS. Elles sont généralement vendues moins de 50 $ dans des librairies ou des boutiques d’Informatique et vous économiseront plusieurs heures d’énervement.

Vous pouvez aussi achetez des CD-ROMs « compilation » comme l’ensemble Linux Developer’s Resource d’InfoMagic. Ceux-ci contiennent généralement plusieurs distributions et un contenu récent des sites les plus importants de Linux, comme sunsite ou tsx-11.

Dans la suite de ce HOWTO, nous décrirons les étapes d’une installation à partir d’un CD-ROM « compilation », ou de l’un des Linux commerciaux n’incluant pas de manuel d’installation imprimé. Si votre Linux contient un manuel, certaines informations de ce HOWTO peuvent vous être utiles, mais il est préférable de consulter le manuel pour les instructions d’installation détaillées.